42 ans, entrepreneur / navigateur,

marié et associé à Aurélie Pilliard,

père de 2 enfants, Titouan et Colas.

 

 

Né à Paris, Romain découvre la voile en famille en Bretagne, et la régate lors de ses études à l’ESSEC BBA. Il participera ensuite en tant qu’équipier au Tour de France à la Voile notamment avec l’équipage de sélection pour la Coupe de l’america.

Après une première expérience professionnelle, Romain se lance dans la course au large et participe au championnat de France solitaire avec la Solitaire du Figaro en 2000 et 2001.

Il naviguera ensuite en tant qu’équipier sur des IMOCA, notamment avec Ellen Mac Arthur, ainsi qu’en multicoques ORMA 60, MOD 70…

Il crée avec sa femme Aurélie,  l’agence de marketing sportif EOL (www.eol-sports.com) spécialisée dans la voile.

Ils imaginent et organisent le TOUR DE BELLE-ILE en 2008, qui deviendra rapidement la plus grande course de voile en France réunissant 500 bateaux sur une ligne de départ. Une épreuve annuelle devenue une classique réunissant professionnels et amateurs, qui fêtera ses 10 ans cette année.

Entrepreneur et voyageur, il vit de manière nomade depuis plusieurs années pour naviguer, développer les activités d’EOL à l’étranger, et voyager en famille.

C’est entre la Bretagne, Shanghai et Auckland, que ce projet USE IT AGAIN! est né :

Romain Pilliard :

« J’ai passé du temps en mer, j’ai beaucoup voyagé, notamment en Chine, et on ne peut qu’être choqué par ce que l’on voit, la pollution, le plastique, l’air irrespirable, l’eau non potable, le changement climatique… On se rend bien compte que nous avons été trop loin!

Il faut vite trouver des solutions alternatives à notre économie, à nos modes de consommation. Beaucoup d’initiatives sont en cours, mais le changement doit concerner tout le monde, et tous les domaines. Dans l’industrie du nautisme nous avons encore du chemin à parcourir, mais rien n’est impossible.

Déjà, sur tous les événements que notre agence EOL Sports & Lifestyle organise, nous avons le souci de ne pas laisser de trace sur l’environnement. Cela passe par la gestion des déchets, la réutilisation ou transformation du mobilier et de la signalétique d’une édition sur l’autre, la sensibilisation et la responsabilisation des participants, l’engagement auprès d’une fondation pour la protection de l’environnement…

Promouvoir l’économie circulaire dans le cadre de la Route du Rhum s’inscrit dans la continuité de cet engagement. En reprenant la barre sur une course aussi célèbre avec un voilier comme le trimaran Use It Again !, je montre qu’économie circulaire et performance sont parfaitement compatibles. »